Maria Constantinescu

Maria Constantinescu

Directrice principale, Communications externes et relations avec les médias – PSP Investments



À quoi occupez-vous la majorité de votre temps consacré aux communications en ce moment?
Comme j’ai récemment changé de secteurs d’activités et que je travaille dorénavant pour une organisation complexe ayant une présence mondiale, je consacre une grande partie de mon temps à élargir mes connaissances dans le domaine et à les appliquer de façon à développer des stratégies de communication (et à superviser leur exécution) pour répondre à des besoins opérationnels précis.

 

Quels sont les plus grands changements dont vous êtes témoin dans la pratique des communications à l’heure actuelle?
Les nouvelles technologies ont transformé la façon dont les organisations gèrent leurs programmes de communication et interagissent avec les parties prenantes. L’apprentissage machine et l’intelligence artificielle propulsent l’industrie vers de nouveaux sommets à une vitesse foudroyante. En plus de s’attendre à un haut niveau de personnalisation, les parties prenantes veulent aussi avoir des services immédiats de qualité supérieure, ainsi que des pratiques authentiques, transparentes et éthiques. Afin de mieux répondre à ces besoins complexes et aux changements technologiques rapides, la profession se métamorphose du tout au tout, alors que les nombreuses disciplines qui relèvent des communications – notamment les relations publiques, la publicité, l’image de marque et le marketing – convergent et s’étendent à de nouveaux domaines.

 

Selon vous, que devrions-nous faire différemment, en tant que professionnels de la communication, pour offrir une plus grande valeur ajoutée à nos parties prenantes?
Je crois que la communication joue un rôle très important pour aider les entreprises à mettre en place, ancrer et amplifier leur culture. Cela revêt une importance toute particulière dans les environnements qui requièrent un rendement levée et une adaptabilité accrue aux changements rapides.

 

Nommez une tendance ou une thématique qui, selon vous, prendra de l’ampleur ou disparaîtra.
Je crois que le domaine des communications continuera à se transformer en une fonction de plus en plus complexe qui combinera les principales caractéristiques de la pratique traditionnelle et un amalgame de services de consultation, de conception d’expériences, de sciences sociales et d’analytique. De nouvelles solutions technologiques, harmonisées à des objectifs d’affaires précis, sont déployées à une vitesse exponentielle. Ces instruments sophistiqués ont une influence directe sur les rôles que les professionnels sont appelés à jouer au sein de l’entreprise et dans l’avancement progression de leur carrière. À notre époque, quiconque ignore la complexité le fait à ses risques et périls.

 

Quel conseil donneriez-vous à la nouvelle génération qui souhaite se lancer en communications de nos jours?
Nous nous dirigeons vers une économie du savoir où la capacité d’accéder, d’analyser, d’interpréter et de partager les renseignements rapidement est un facteur de différenciation clé. Les nouveaux professionnels peuvent souvent placer la barre plus haute en s’efforçant de comprendre à fond l’industrie et les modèles d’affaires de leurs entreprises, en cultivant  un esprit critique et en stimulant leur créativité. De plus, dans notre domaine d’activités, les véritables réalisations sont toujours le fruit d’un travail d’équipe. Je crois qu’il faut faire preuve de gentillesse et de générosité, même dans les situations difficiles. Lorsque vous réussissez, n’hésitez pas à partager les leçons apprises et redonnez au suivant autant que possible.